D'après Sappey, elles appartiennent au groupe des diarthro-amphiarthroses, c'est-à-dire qu'elles participent à la fois des articulations mobiles et des articulations semi-mobiles.

 

Surfaces articulaires

 

La tête de chaque côte présente deux facettes articulaires, planes, séparées par une crête antéropostérieure la facette supérieure d'autant plus petite qu'on l'examine sur une côte plus inférieure, regarde en dedans et en haut; la facette inférieure, dont les dimensions varient en raison inverse de celles de la précédente, regarde en dedans et en bas.

 

Chaque tête costale, ainsi configurée en coin, s'articule avec une cavité anguleuse formée par la rencontre des facettes costales des corps vertébraux, cavité dont le fond est constitué par le disque intervertébral correspondant.

 

A la facette supérieure de la tête costale répond la facette articulaire du corps de la vertèbre sus-jacente; à l'inférieure, répond celle de la vertèbre sous-jacente à la crête mousse et transversale correspond le disque intervertébral. Les variations des facettes vertébrales sont en rapport avec celles des facettes costales.

 

Chacune de ces surfaces articulaires est tapissée par une couche de fibrocartilage dont l'épaisseur varie de un demi à un millimètre d'après Sappey, ce revêtement se composerait :

 
  • d'une mince couche de cartilage hyalin, adhérente à l'os.
  • d'une couche superficielle, fibro-cartilagineuse, plus épaisse.
 
 

Moyens d'union

 

Ils sont représentés par une capsule fibreuse, renforcée en avant et en arrière, et par un ligament dit interosseux.

 

Capsule

 

La capsule mince maintient les surfaces en contact elle présente en avant des faisceaux de renforcement dont l'ensemble forme le ligament costo-vertébral antérieur ou rayonné.

 

Ligament antérieur ou rayonné

 

Ce ligament est formé par une série verticale de festons ou petits éventails fibreux, dont chacun se détache de la tête d'une côte pour rayonner par sa base épanouie sur les parties antérolatérales des vertèbres adjacentes. Chaque éventail est, divisé en trois faisceaux un supérieur, oblique en haut et en dedans, se fixe sur les parties latérales du corps de la vertèbre sus-jacente, à quelque distance de la facette articulaire un moyen, horizontal, plus mince et plus profond, quelquefois très réduit, s'attache sur le disque intervertébral un inférieur, oblique en bas et en dedans, s'insère sur les parties latérales de la vertèbre sous-jacente et se prolonge, ainsi que le moyen, sous les bandelettes latérales du ligament vertébral commun antérieur.

 

Dans la région cervicale le ligament rayonné est représenté par des faisceaux qui, du corps de deux vertèbres voisines et du ménisque qui les sépare, convergent vers le tubercule antérieur de l'apophyse transverse appartenant à la vertèbre inférieure. Nous avons décrit ce faisceau comme renforcement de la capsule des articulations latérales des corps cervicaux.

 

A la colonne lombaire, le ligament rayonné est représenté par des faisceaux analogues allant à la base de l'apophyse costiforme.

 

En arrière, la capsule est renforcée par quelques faisceaux qui vont de la tête au voisinage des facettes vertébrales correspondantes et à la face externe des pédicules sus et sous-jacents. En bas et en haut, deux petits cordons fibreux, l'un supérieur, l'autre inférieur, distincts de la capsule, vont des bords correspondants de la tête costale au voisinage des facettes vertébrales; ces ligaments contribuent à limiter le canal de conjugaison.

 

Ligament interosseux

 

On donne assez improprement ce nom à une lame fibro-cartitagineuse, courte, mince, étendue horizontalement de la crête saillante que présente la tète de [a côte au disque intervertébral correspondant, avec lequel elle se continue. Cette lame, fort épaisse en avant, où elle est recouverte par le ligament rayonné, s'aplatit en arrière comme elle s'insère a toute la largeur de la crête costale, elle divise l'articulation en deux compartiments. Dans les articulations extrêmes, ce fibro-cartilage interosseux est quelquefois réduit a une simple languette; il est toujours beaucoup plus épais dans la partie antérieure de l'articulation; assez souvent-il manque dans la partie postérieure, ou bien se trouve réduit à quelques inégalités villiformes alors les deux cavités communiquent en arrière et il n'y a qu'une synoviale. C'est ainsi, comme le remarque Trolard, que se peuvent expliquer les opinions différentes des anatomistes sur l'unité ou la dualité de la synoviale costo-vertébrale.

 

Synoviale

 

Le plus souvent double, elle est parfois unique, comme je viens de le dire.

 

Caractères propres a quelques articulations costo-vertébrales

 

Les articulations costo-vertébrales, placées aux extrémités de la série, se distinguent des autres par des caractères particuliers. Dans la première, la onzième et la douzième, la tête costale présente une seule facette articulaire répondant a un seul corps vertébral. -Les ligaments subissent par cela même des modifications ainsi le faisceau moyen du ligament rayonné manque, et le ligament interosseux est très rudimentaire.

 

Vaisseaux et nerfs

 

Les articulations costo-vertébrales sont vascularisées par des rameaux venus des artères intercostales, et innervées par des filets détachés des branches antérieures des nerfs spinaux.

 

Mouvements

 

Chaque côte est fixée à la colonne vertébrale par une véritable charnière, l'articulation costo-vertébrale, qui permet des mouvements très étendus d'abaissement et d'élévation. Sur le thorax entier, ces mouvements sont très limités parce que les côtes sont fixées par ailleurs aux apophyses transverses et au sternum, et entre elles par les muscles intercostaux. L'axe antéropostérieur de ces mouvements d'abaissement et d'élévation répond à l'insertion du ligament au ménisque intervertébral.

 

A côté de ces mouvements principaux, on constate des mouvements de glissement en avant et en arrière ainsi, quand la côte s'élève, elle glisse légèrement en avant et tend a sortir de l'encoche vertébrale dans l'expiration, elle s'abaisse et rentre dans la cavité. Les ligaments costo et cervico-transversaires et les faisceaux inférieurs du ligament radié sont tendus dans l'élévation. En même temps que ces mouvements, on peut remarquer un très léger mouvement de rotation autour d'un axe transversal passant par le col de la côte.

 

La première et la deuxième côte sont moins mobiles que les suivantes les deux dernières, dites côtes flottantes, sont les plus mobiles.

 

Varia

 

D'après Trolard, le ligament interosseux s'attache fréquemment au-dessous de la crête costale le même auteur a rencontré des articulations costo-vertébrales à deux facettes sans ligament interosseux. Barkow a rencontré parfois une véritable synchondrose unissant les côtes à la colonne.

 

Trolard a étudié le développement des articulations costo-vertébrales; il a constaté que chez le fœtus et chez l'enfant, la tête costale répond au disque intervertébral, dont le prolongement comble tout l'espace compris entre la tête et les facettes vertébrales. Avec l'âge, des vacuoles se montrent dans l'épaisseur du disque elles se développent et se fusionnent pour former les deux cavités synoviales qui restent séparées par cette partie persistante du disque que nous avons décrite sous le mauvais nom de ligament interosseux.

­

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion