Ce sont des énarthroses, conformées sur le même type que les articulations métacarpo-phalangiennes.

Surfaces articulaires

L'extrémité antérieure (distale) de chaque métatarsien présente la forme d'une tête aplatie transversalement : sa surface articulaire s'étend plus du côté plantaire (flexion) que du côté dorsal (extension) ; sur ses parties latérales, cette tête présente l'empreinte et le tubercule d'insertion des ligaments latéraux.

L'extrémité postérieure (proximale) de chaque première phalange présente une cavité glénoïde ovalaire, à grand axe transversal, peu profonde, beaucoup moins étendue que la tête métatarsienne sur laquelle elle se meut.

Un fibrocartilage circonscrit la partie plantaire de la cavité glénoïde ce fibrocartilage est ici, comme à la main, à la fois un bourrelet glénoïdien agrandissant la cavité articulaire, et un moyen d'union, car ses fibres latérales vont des côtés de la glène aux côtés de la tête métatarsienne. Je ne puis mieux faire à ce propos que de renvoyer à la description et à la représentation du fibrocartilage glénoïdien des articulations métacarpo-phalangiennes. Dans l'épaisseur de ce ligament glénoïdien on trouve de petits os sésamoïdes ils sont constants à l'articulation du gros orteil on en rencontre parfois au niveau de l'articulation du deuxième orteil, et de celle du cinquième.

Moyens d'union

La capsule fibreuse, très lâche, s'attache près du pourtour cartilagineux des facettes articulaires à la face dorsale, tandis que sur les côtés et à la face plantaire du métatarsien elle s'éloigne à 5 ou 6 mm du rebord cartilagineux. Elle est renforcée dans sa portion dorsale par le tendon extenseur dont les expansions s'unissent sur les parties latérales aux lombricaux et aux interosseux.

Sur les côtés, la capsule est renforcée par des ligaments latéraux : ceux-ci ; épais et résistants, s'étendent de la crête et de la surface d'empreinte relevées sur chaque côté de la tête métatarsienne, aux tubercules latéraux de la première phalange. Par leur bord inférieur, ils s'unissent aux fibres externes du fibrocartilage d'autres fibres passent sous la tête métatarsienne et vont se continuer avec des fibres homologues du ligament latéral opposé c'est le faisceau glénoïdien des ligaments latéraux, sorte de jugulaire cravatant la tête métatarsienne. Cette partie inférieure de la capsule, ainsi épaissie et renforcée par sa fusion avec le ligament glénoïdien et le faisceau glénoïdien des ligaments latéraux, est encore renforcée par le ligament transverse inter-métatarsien. Au niveau des espaces inter-métatarsiens le ligament transverse forme une épaisse lame fibreuse, trait d'union solide entre chaque métatarsien. Les connexions de ce ligament avec les aponévroses plantaires et dorsale sont celles que nous avons décrites à propos des aponévroses palmaires et des ligaments inter-métacarpiens.

Synoviale

La synoviale, très lâche, forme, après injection, un gros cul-de-sac répondant à la portion plantaire du col de chaque métatarsien.

Articulation métatarso-phalagienne du gros orteil

Semblable aux autres dans ses traits généraux, elle en diffère : 1° par l’étendue plus grande de ses surfaces 2° par la présence constante de deux os sésamoïdes dans le fibrocartilage 3° par des médications de la tête métatarsienne et de l'appareil ligamenteux en rapport avec la présence des sésamoïdes.

La tête du premier métatarsien, aplatie de haut en bas, est divisée dans sa partie plantaire en deux gouttières séparées par une crête la gouttière Interne, répondant au sésamoïde interne, est plus large et plus profonde que l'externe. La face articulaire des sésamoïdes, concave d'avant en arrière et convexe transversalement, s'accommode à la gouttière correspondante de la tête métatarsienne comme la rotule à la trochlée fémorale. Les faisceaux glénoïdiens des ligaments latéraux viennent se fixer sur les sésamoïdes, devenant ainsi les ligaments métatarso-sésamoïdiens ; d'autre part, les sésamoïdes, unis entre eux par les fibres du ligament glénoïdien dans l’épaisseur duquel ils se sont développés, ménagent entre eux une sorte de gouttière dans laquelle glisse le tendon du long fléchisseur propre du gros orteil. Les os sésamoïdes développés dans l’épaisseur du ligament glénoïdien sont, au pied comme à la main plus solidement unis à la phalange et la suivent dans ses déplacements. On rencontre parfois un petit os sésamoïde intermédiaire aux deux autres.

Rapports

En rapport par leur face dorsale avec les tendons extenseurs et par leur face plantaire avec les tendons fléchisseurs, les articulations métatarso-phalangiennes sont en contact par leurs parties latérales avec les muscles interosseux qui passent au-dessus du ligament transverse. Les lombricaux qui passent au-dessous du ligament transverse inter-métatarsien répondent aux intervalles qui séparent les articulations. Signalons les rapports de la portion plantaire de chaque capsule, sauf celle du gros orteil, avec les digitations de l'abducteur transverse du gros orteil,

Mouvements

Ce sont, principalement des mouvements de flexion et d'extension, il existe aussi quelques mouvements de latéralité. La combinaison de ces deux variétés de mouvements permet un mouvement de circumduction.

Le mouvement de flexion est très limité par contre le mouvement d'extension est très étendu c'est, comme on le voit, le contraire de ce qui se passe dans les articulations métacarpo-phalangiennes.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion