­Syn.: Thoracique interne; mammaria interna; Innere Brustpulsader ; internal mammary artery.

L'artère mammaire ­interne, d'un calibre inférieur à celui de la vertébrale, est remarquable par l'étendue du trajet qu'elle parcourt et par la multiplicité de ses branches; elle naît de la face antérieure de la sous-clavière, à 3 ou 4 mm en dehors de la vertébrale. Dès son origine, elle se porte en bas, en avant, et un peu en dedans et atteint ainsi la face postérieure du premier cartilage costal; là, elle devient verticale, croise perpendiculairement la face postérieure des six premiers cartilages costaux, et, au niveau de l'extrémité sternale du sixième espace intercostal, se divise en deux branches terminales, l'une interne l'autre externe.

 

Rapports de l'artère mammaire interne

Au niveau du cou, la mammaire interne, qui répond à l'extrémité interne de la clavicule, chemine entre le dôme pleural sur le versant antérieur duquel elle est appliquée et la face inférieure de la veine sous-clavière. A ce niveau, elle est croisée par le nerf phrénique qui, d'abord situé en avant et en dehors de l'artère, passe en arrière et en de- dans d'elle, contournant sa face interne.

Dans le thorax, la mammaire interne est en rapport en arrière avec le feuillet pariétal de la plèvre, dont elle est séparée à partir de la troisième côte par le muscle triangulaire du sternum en avant elle répond à la face postérieure des six premiers cartilages costaux et aux muscles intercostaux internes. Elle longe le bord du sternum à une distance de 5 à 15mm cette distance est des plus variables. Au niveau du premier espace, la distance oscille entre 6 et 20 mm ; au niveau du deuxième, elle varie entre 10 et 20 mm ; au niveau du troisième, entre 10 et 21 mm au niveau du quatrième, entre 8 et 25 mm au niveau du cinquième, entre 7 et 35 mm au niveau du sixième enfin, entre 6 et 45 mm.

La mammaire est accompagnée de deux veines et d'une chaîne de ganglions lymphatiques. Les deux veines ne sont pas toujours en contact avec l'artère; chez certains sujets, l'ensemble formé par les trois vaisseaux peut atteindre une largeur de 1 cm.

Branches collatérales de l'artère mammaire interne

Dans son trajet, la mammaire interne fournit de nombreuses branches collatérales. On peut les diviser en postérieures, externes et antérieures.

Les branches postérieures sont des artères qui se distribuent au thymus ou à la graisse qui le remplace; des artères péricardiques, qui se rendent sur la face antérieure du péricarde, et une artère plus importante, l'artère diaphragmatique supérieure. Cette artère se porte en arrière et en bas et va rejoindre le nerf phrénique, sur le coté interne duquel elle se place.

De calibre assez réduit, elle descend avec le nerf entre la plèvre et le péricarde jusqu'à la face supérieure du diaphragme, dans lequel elle se termine en s'anastomosant avec la diaphragmatique inférieure. Dans son trajet, elle fournit quelques rameaux très grêles à la plèvre médiastine, au thymus, au nerf phrénique et au péricarde.

Les branches internes sont les artères intercostales antérieures au nombre de deux pour chaque espace, l'une supérieure, l'autre inférieure, ces artères se dirigent obliquement en bas et en dehors, car elles naissent un peu au-dessus de l'espace auquel elles se rendent. D'abord situées entre le triangulaire et l'intercostal interne, elles perforent ce dernier muscle et se placent en avant de lui. Elles se terminent eu s'anastomosant à plein canal avec la partie terminale des intercostales aortiques. Le volume de ces artères est des plus variables il n'est pas rare de voir une ou plusieurs d'entre elles faire défaut.

Les branches antérieures encore appelées branches perforantes, sont en nombre égal à celui des espaces intercostaux que croise la mammaire Interne.

Elles perforent la partie la plus interne de l'espace intercostal et se distribuent au muscle grand pectoral, à la glande mammaire et à la peau. Chez la femme, surtout chez la femme enceinte, les branches qui se rendent à la glande mammaire deviennent très flexueuses et prennent un grand volume ; Cruveilhier les a vues atteindre le calibre d'une radiale.

Branches terminales de l'artère mammaire interne

Les branches terminales sont au nombre de deux l'une externe ou thoracique l'autre interne ou musculo-phrénique

La branche externe ou thoracique se dirige en bas et en dehors, formant avec le tronc de la mammaire interne un angle obtus ouvert en haut et en dehors.

Elle chemine au niveau des insertions du diaphragme, en arrière du rebord cartilagineux de l'ouverture Inférieure du thorax. Au niveau do chaque espace intercostal, elle donne une ou deux branches qui offrent la même disposition que les branches intercostales venues du tronc de l'artère mammaire interne. Elle fournit de nombreux rameaux au diaphragme et se termine, en général, au niveau du dixième espace, rarement du onzième.

La branche interne ou abdominale d'ordinaire moins volumineuse que l'externe, continue la direction du tronc principal, sort de la cavité thoracique en passant dans l'interstice celluleux qui sépare les faisceaux sternaux des faisceaux costaux du diaphragme et pénètre dans la gaine du muscle droit.

Avant de pénétrer dans cette gaine, elle émet un petit rameau qui se dirige transversalement en dedans, soit en avant, soit en arrière de l'appendice xiphoïde et s'anastomose au niveau de la ligne médiane avec un rameau analogue du côté opposé. Parvenue dans la gaine du grand droit, elle chemine d'abord entre cette enveloppe aponévrotique et le corps charnu du muscle et se termine en s'anastomosant avec l'épigastrique, vers la région ombilicale.

Les mammaires internes, leurs branches abdominales et les épigastriques constituent, dans la paroi antérieure du thorax et de l'abdomen, une double anastomose verticale entre le système aortique supérieur et l'inférieur. De plus, les intercostales thoraciques et les lombaires, s'unissant aux intercostales mammaires, forment autant de traits d'union entre la grande anastomose et le système aortique.

Variétés de l'artère mammaire interne

II est extrêmement rare que la mammaire interne fasse complètement défaut, mais on peut la voir considérablement réduite de volume. Elle est quelquefois double de chaque cote. Les variétés d'origine sont multiples; elle nait fréquemment de la sous-clavière avec l'une des autres branches de cette artère; on l'a vue naître encore de l'aorte, du tronc brachio-céphalique et même de l'axillaire. On l'a vue sortir du thorax par un espace intercostal et y rentrer par l'espace sous-jacent.

Mammaire interne accessoire

On donne ce nom à une artère qui descend sous la plèvre, parallèlement à la mammaire interne. Signalée pour la première fois par Otto qui l'appela « ramus costalis lateralis sive intercostalis », elle a été observée par Tiedeman, Hodges, Henle qui l'appelle mammaire interne latérale, Hyrtl qui lui donne le nom d'artère intercostale médiane. Plus récemment, Rieffel eu a observé un cas : l'artère, née de la sous-clavière, s'étendait jusqu'au quatrième espace intercostal, elle donnait des branches antérieures et postérieures a chaque espace.

­­ ­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion