Le tronc brachio-céphalique, que l’on appelle encore à tort tronc innominé (arteria anonyma des anatomistes anglais et allemands), est le plus volumineux de tous les troncs qui émanent de la crosse aortique. Son diamètre est de 12 à 15 millimètres; sa longueur totale, de 28 à 35 millimètres.

Origine et trajet

Il se détache du point où la partie ascendante de la crosse aortique se continue avec sa portion horizontale. De là, il se porte obliquement de bas en haut, de dedans en dehors et un peu d’avant en arrière, jusqu’à la partie postérieure de l’articulation sterno-claviculaire droite, où il se termine en se bifurquant.

Rapports

Le tronc brachio-céphalique est en rapport (fig. 159) : a. En avant , avec le sternum et l’articulation sterno-claviculaire, dont il est séparé par le tronc veineux brachio-céphalique gauche, par le thymus chez l’enfant (son reliquat graisseux chez l’adulte) et par les faisceaux d’origine des muscles sterno-cléido-hyoïdien et sterno-thyroïdien ; il est longé par les filets cardiaques qui émanent du pneumogastrique gauche, dans son trajet cervical ;

  1. En arrière , avec la trachée ;
  2. En dehors , avec la plèvre et le poumon droit ;
  3. En dedans, avec l’origine de la carotide primitive gauche ; les deux vaisseaux, à peu près contigus à leur origine, s’écartent de plus en plus en fuyant l’aorte, circonscrivant ainsi dans leur intervalle un petit espace triangulaire à sommet inférieur, dans Faire duquel on aperçoit la trachée.

Les gros troncs qui naissent de la crosse aortique, vue antérieure.

(La ligne MM indique le plan médian ou sagittal.)

1 et 1, chef sternal et chef claviculaire du muscle sterno-cléido-mastoïdien. — 2, sterno-cléido-hyoïdien. — 3, sterno- thyroïdien. - - 4, tronc brachio-céphalique artériel, dont le trajet est indiqué par un pointillé rouge. — 5, carotide primitive. — 6, artère sous-clavière. — 7, mammaire interne (en pointillé). — 8, vertébrale. — 9, tronc tbyro-cervical. — 10, thyroïdienne de Neubauer. — 11. jugulaire interne gauche. — 12. veine sous-clavière. — 13, tronc brachio-céphalique veineux du côté gauche. — 13', tronc brachio-céphalique veineux du côté droit, coupé immédiatement après son origine. — 14, trachée-artère. — 15, œsophage. — 16,16', nerfs pneumogastriques droit et gauche. — 17, nerf phrénique. — 18, 18', nerfs récurrents droit et gauche. — 19, canal thoracique. — 20, jugulaire externe gauche. —  21. vestiges du thymus.

Distribution

Le tronc brachio-céphalique ne fournit, d’ordinaire, aucune branche collatérale.

Arrivé à la partie postérieure de l’articulation sterno-claviculaire, il se partage en deux branches terminales : l’une, ascendante, qui est la carotide primitive droite ; l’autre, transversale, qui est la sous-clavière droite. Nous étudierons ces deux artères dans les paragraphes suivants.

Variétés

Le tronc brachio-céphalique peut n’avoir que 10 à 12 millimètres de longueur, comme aussi il peut atteindre 50 et même 55 millimètres. — Sa bifurcation en carotide et en sous-clavière peut donc s’effectuer (ce point intéresse principalement le chirurgien) soit au-dessous de l’articulation sterno-claviculaire, soit au-dessus de cette articulation. — Le tronc brachio-céphalique peut faire défaut et, dans ce cas, la carotide et la sous-clavière naissent isolément de l’aorte (type des cétacés). — Anormalement, on a vu le tronc brachio-céphatique fournir la mammaire interne, une artère thymique, line artère bronchique, la vertébrale droite, une carotide accessoire, une thyroïdienne impaire et médiane, connue sous le nom de thyroïdienne de Neubauer (voy. plus loin).

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion