L'ensemble de l'appareil de transmission des ondes sonores est composé des parties suivantes : deux conduits, l'un et l'autre, communiquent avec l'air extérieur et aboutissent tous les deux à une cavité ou caisse. Cette cavité est elle-même reliée à l'appareil de réception par une chaîne osseuse qui lui transmet les vibrations. Telles sont les quatre parties indispensables à la transmission si l'une d'elles vient à être supprimée, l'ouïe est abolie. Au premier conduit est annexée une membrane qui fournit un point d'appui à l'une des extrémités de la chaîne des osselets, et contribue à former la paroi externe de la caisse c'est la membrane du tympan. Cette membrane est un organe de perfectionnement fort utile, mais non indispensable à l'exercice de la fonction. L'acuité auditive peut exister presque normale chez des sujets privés de membrane du tympan, tandis (lue l'obstruction de l'un des conduits, celle de la caisse ou l'interruption de la chaîne, entraînent la surdité. Pourvu que l'air atmosphérique soit en équilibre de pression dans la caisse, pourvu même que la colonne d'air puisse mettre en mouvement la chaîne osseuse, la réception se fait avec ou sans membrane du tympan. Celle-ci facilite sans doute beaucoup la transmission, surtout en donnant un point d'appui mobile à l'une des extrémités de la chaîne, mais, par contre, lorsque cette membrane s'épaissit, perd sa souplesse et reste immobile dans son cadre osseux, elle ne permet plus les oscillations de la chaîne des osselets, et, bien que les autres parties de l'appareil (conduits, caisse et chaîne) soient à l'état normal, la transmission ne se fait plus, il y a surdité. Si d'une part l'ouïe peut exister sans membrane du tympan, si d'autre part une altération limitée à cette membrane peut amener la surdité, on comprendra facilement pourquoi, dans certains cas, il sera utile de perforer cette membrane pour rétablir la fonction mais on voit également que cette opération n'aura de chances de succès que si les autres parties de l'appareil de transmission sont saines alors que le tympan est malade, ce qui est fort rare.

Il résulte de là que le chirurgien ne devra pas, comme il arrive trop souvent, abandonner un traitement, sous prétexte que la membrane du tympan est perforée et que la lésion est au-dessus des ressources de l'art. Non, sans doute, on n'arrivera pas a faire cicatriser la perte de substance, mais ce n'est pas nécessaire pour guérir le malade. Pour cela, il faut tarir la suppuration en faisant cicatriser la muqueuse de la caisse, et alors, si, ce qui est le plus fréquent, la maladie s'est produite dans l'enfance, l'acuité auditive pourra revenir assez vive pour que le malade arrivé à l'âge adulte ne se doute même pas qu'il est privé de membrane du tympan (Il y a quelques années, un de mes internes, examinant avec moi les maladies de l'oreille, me fit observer qu'il entendait sur lui-même un bruit analogue à celui que je provoquais pour diagnostiquer la perforation du tympan, et en effet je constatai chez lui l'absence presque absolue de la membrane du tympan d'un côté, ce qui permettait de voir une grande partie de la paroi labyrinthique. Il ne s'était jamais douté de cet état et entendait fort bien.).

Quant aux rapports respectifs des diverses parties dont se compose l'appareil de l'ouïe, on peut voir qu'une coupe faite parallèlement à l'axe du conduit auditif externe passe également par le centre du conduit auditif interne cette coupe rencontre le milieu de la caisse, le centre du promontoire et le limaçon. Le conduit auditif externe, la caisse, le promontoire, le limaçon et le conduit auditif interne, sont donc situés sur le prolongement d'une même ligne oblique d'arrière en avant et de dehors en dedans. La trompe d'Eustache, située dans un plan tout à fait différent, se détache nettement de la ligne précédente et forme avec elle un angle obtus ouvert en bas et en avant.

Des deux conduits qui aboutissent à la caisse, l'un s'ouvre au dehors c'est le conduit auditif externe ; l'autre s'ouvre dans le pharynx c'est la trompe d’Eustache. Le premier est séparé de la caisse par la membrane du tympan, dont l'histoire est intimement liée à celle du conduit.

Nous étudierons donc successivement :

Le conduit auditif externe.

La membrane du tympan.

La caisse du tympan.

La trompe d'Eustache.

La caisse dit tympan, située dans l'épaisseur du rocher, est une cavité intermédiaire au conduit auditif externe, à la trompe d'Eustache et au labyrinthe. On peut donc la considérer comme un centre duquel rayonnent les diverses parties composant l'appareil auditif.

Le conduit auditif externe commence par une partie évasée désignée sous le nom de pavillon, qui se continue directement avec le conduit auditif externe proprement dit.

La membrane du tympan est une mince cloison qui ferme en dedans le conduit auditif externe et le sépare de la caisse du tympan. Elle constitue une dépendance du conduit, puisqu'elle est enchâssée dans sa portion osseuse et n'a que des rapports de contiguïté avec la caisse, dont elle est bien loin d'ailleurs de former toute la paroi externe.

La trompe d’Eustache est un conduit ostéo-cartilagineux faisant communiquer la caisse du tympan avec l'arrière-cavité des fosses nasales; elle est située dans l'angle compris entre la portion écailleuse et la portion pierreuse du temporal, au-dessous du canal osseux occupé par le muscle interne du marteau.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion