La partie antérieure de l'aponévrose fémorale présente dans son tiers supérieur, répondant au triangle de Scarpa, des dispositions particulières, qui doivent retenir l'attention.

 

Nous l'axons vue, reconstituée en feuillet unique sur le bord antérieur du tenseur du fascia lata, se dédoubler pour englober le couturier, sur le bord interne duquel ses feuillets, réunis de nouveau, passent au-devant des vaisseaux fémoraux, pour se rendre sur la saillie des adducteurs. Ce feuillet aponévrotique qui passe au-devant des vaisseaux, limite avec l'aponévrose du psoas-iliaque d'une part, avec celle du pectine de l'autre, un canal prismatique dont la paroi antérieure est formée par l'aponévrose fémorale, la paroi postéro-externe par le psoas revêtu de son aponévrose, la paroi interne par le pectiné revêtu de son aponévrose; c'est le canal des vaisseaux fémoraux ou gaine fémorali-vasculaire.
On peut encore présenter d'une autre façon la formation de ce canal prismatique, et dire : sur le bord interne du couturier, l'aponévrose fémorale se dédouble de nouveau : son feuillet superficiel passe au-devant des vaisseaux fémoraux, son feuillet profond descend eu arrière de ces vaisseaux sur le psoas iliaque et se relève sur le pectine, pour rejoindre le feuillet superficiel, constituant ainsi un canal prismatique et triangulaire, la gaine des vaisseaux fémoraux.
Cette longue gaine commence à l'arcade crurale et finit à l'anneau du troisième adducteur. Son commencement, ou orifice supérieur, s'attache à un cadre ostéo-fibreux formé par la bandelette ilio-pectinée ou arcade fémorale profonde (Voy. Aponévrose lombo-iliaque), l'arcade fémorale proprement dite et la crête pectinéale.

On donne le nom d'arcade crurale à une bande fibreuse, reliant l'épine iliaque antéro-supérieure à l'épine pubienne. Nous verrons que l'arcade crurale est constituée par les fibres inférieures du tendon du grand oblique. Elle n'est point rectiligne : en effet, les fibres tendineuses descendent obliquement en bas et en dedans en décrivant des arcs à concavité supérieure. Ainsi la gouttière fibreuse qu'elles forment paraît tordue autour de son axe longitudinal, ou mieux encore, enroulée spiralement autour d'un axe rectiligne fictif allant de l'épine iliaque à l'épine pubienne. (Voy. plus loin Aponévroses de l'abdomen).
A l'insertion pubienne, quelques fibres se réfléchissent pour s'insérer sur la crête pectinéale, formant ainsi un petit ligament triangulaire, le ligament de Gimbernat. - Le ligament de Gimbernat n'est point formé uniquement par des libres récurrentes : en fait, les fibres inférieures de l'arcade crurale, après s'être infléchies et tordues, se rendent directement à la crête pectinéale, en formant une véritable gouttière à concavité supérieure : c'est dans cette gouttière qu'est reçu le cordon spermatique.
Déjà , nous avons vu comment la large échancrure du bord antérieur de l'os coxal, convertie en trou par l'arcade crurale, est subdivisée en deux compartiments par l'arcade crurale profonde : le compartiment externe est occupé par le muscle psoas au côté interne duquel chemine le nerf crural; l'interne constitue ce qu'on appelle l'anneau crural. Cette expression est mauvaise : elle tend à faire croire que cet orifice est l'orifice supérieur du canal crural; tandis que son tiers interne seul forme l'orifice du véritable canal crural; il est mieux d'appeler cet orifice, orifice supérieur de la gaine des vaisseaux fémoraux, et de réserver le nom d'orifice du canal crural ou d'anneau crural à sou tiers interne seulement. (Vov. les schémas aux Aponévroses de l'abdomen. )
En effet, cet orifice forme le cadre d'un canal aponévrotique, prismatique et triangulaire, l'entonnoir femorali-vasculaire, gaine des vaisseaux fémoraux dont nous avons vu la constitution. Dans son angle externe passe l'artère fémorale ; dans l'angle postérieur est la veine fémorale; l'angle interne, libre représente l'orifice supérieur de ce que nous allons appeler tout à l'heure le canal crural proprement dit. Une membrane mince, dite septum crurale, dépendance du fascia transversalis. ferme cette partie de l'orifice.
La gaine des vaisseaux fémoraux contient l'artère fémorale dans son tiers externe, la veine fémorale dans sa partie moyenne, un on deux ganglions lymphatiques dans son tiers interne. Entre l'artère et la veine, entre la veine et les lymphatiques, le tissu cellulaire condensé forme cloison. Et la grande gaine fémorali-vasculaire est ainsi subdivisée en trois compartiments ou loges :

  • 1° la loge externe, artérielle;
  • 2° la loge moyenne, veineuse ;
  • 3° la loge interne, lymphatique.

C'est cette loge ou compartiment interne, lymphatique, qui seule doit porter le nom de canal crural : il constitue la voie ordinaire des hernies crurales.

Dans sa partie moyenne, la gaine des vaisseaux fémoraux est croisée par le couturier qui renforce sa paroi antérieure: de plus sa paroi interne est formée par le moyen adducteur remplaçant le pectiné, et sa paroi externe par le vaste interne qui a succédé au psoas iliaque.

Dans son tiers inférieur, la gaine des vaisseaux fémoraux offre une paroi antérieure renforcée par le couturier et par des trousseaux fibreux allant du vaste interne au grand adducteur. C'est à cette partie de la gaine que l'on donne le nom de canal de Hunter.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion