La Poitrine est une cavité intermédiaire au cou et l'abdomen, destinée à loger le cœur et les poumons.

Elle est circonscrite en avant par le sternum, en arrière par la colonne vertébrale et latéralement par les côtes. Une cloison musculo-aponévrotique, le diaphragme, sépare en bas la poitrine de l'abdoinen; en haut elle communique directement avec le cou.

Il s'en faut que la cavité circonscrite par ces diverses parties (cavité thoracique) ait une dimension égale à celle du thorax vu sur le squelette. En effet, le diaphragme présente une voussure qui remonte jusque vers la cinquième côte en avant, de telle sorte qu'une partie des viscères de l'abdomen (le foie, l'estomac, la rate, le côlon transverse, le pancréas, le duodénum) sont cachés sous le thorax.

L'abdomen et la poitrine s'emboîtent en quelque sorte réciproquement, de façon qu'un instrument qui traverse le thorax à sa partie inférieure pénètre a la fois dans la poitrine et dans l'abdomen.

Pour se faire une idée exacte de la conformation de la poitrine, il faut en détacher les épaules; elle affecte alors la forme d'un tronc de cône dont la base est inférieure.

Mais, si l'on mesure la circonférence de la poitrine sur le vivant, à l'état de santé, on observe un résultat inverse, c'est-à-dire que la largeur prise sous les aisselles est plus grande que celle prise au niveau de l'appendice xiphoïde. On doit à Hirtz une curieuse observation chez les phtisiques, ce dernier rapport devient inverse la circonférence inférieure l'emporte sur la supérieure, et d'autant plus que la maladie est plus avancée.

Les mensurations multipliées faites par M. Woillez ont prouvé que les deux moitiés de la poitrine étaient très-rarement symétriques. Sur 133 individus, le côté droit était plus développé chez 97, le côté gauche chez 9 ; 27 présentaient un développement égal de chaque côté. L'usage plus fréquent du membre supérieur droit expliquerait ces résultats.

Indépendamment des déformations qui surviennent sous l'influence du rachitisme, du mal de Pott, de la scoliose, etc., il en existe de physiologiques on observe parfois des saillies qui pourraient en imposer pour des ostéites ou des exostoses.

La poitrine, chez l'adulte bien conformé, est légèrement aplatie d'avant en arrière. Le diamètre transverse l'emporte sur l'antéro postérieur. Elle est à peu près cylindrique chez l'enfant.

La hauteur du thorax est essentiellement variable suivant les individus. Elle s'accroît en général proportionnellement à la taille. Ce n'est cependant pas une règle constante ainsi, un sujet dont la taille mesurait 172 cm possédait un sternum de 24 centimètres, tandis qu'un autre, haut de 174 cm , n'avait que 21 centimètres de sternum.

Les dimensions extérieures du thorax varient donc avec chaque sujet. Par suite de l'insertion oblique du diaphragme, et surtout de l'obliquité en bas et

en avant de l'orifice supérieur du thorax, la colonne dorsale, c'est-à-dire la paroi postérieure du thorax, est plus longue que la paroi antérieure; le rapport entre ces deux parties est environ comme 3 est a 2. Le diamètre antéro-postérieur est le plus étroit, surtout sur la ligne médiane dans le point qui correspond à la saillie des corps vertébraux. Trop d'étroitesse dans ce diamètre gêne les mouvements du cœur.

La poitrine nous présente à étudier la paroi thoracique et la cavité qu'elle circonscrit. A l'étude de la cavité se rattachent celle du diaphragme, qui en forme la base, et celle de l'orifice supérieur, qui en constitue le sommet.

Lisse et régulière chez les sujets gras, la région costale présente le relief des côtes chez les sujets maigres. On y aperçoit le creux sous-claviculaire, les digitations du muscle grand dentelé et du muscle grand oblique. La peau qui la recouvre n'offre rien de spécial, si ce n'est qu'elle est le siège de prédilection du zona.

La région sternale est formée par le sternum, les articulations chondro-sternales et les parties molles qui les entourent. Elle forme une partie de la face antérieure du thorax.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion