La paroi abdominale comprend une portion antérolatérale musculo-fibreuse, molle et contractile, et une portion postérieure en partie osseuse. La portion antérolatérale présente sur la ligne médiane l'orifice ombilical, qui mérite une description spéciale sur les côtés et en bas, elle est traversée obliquement par un canal qui joue en chirurgie un rôle considérable, le canal inguinal,

Bien que le canal occupe la partie supérieure et interne de la cuisse, comme il n'offre en définitive d'intérêt que par sa communication avec la cavité abdominale, je crois devoir suivre l'exemple de Malgaigne et décrire ce canal avec l'abdomen à la suite du canal inguinal. De même que cet auteur, j'étudierai plus tard dans un chapitre spécial, sous le nom de région de l'aine, la partie in- terne et antérieure de la cuisse située immédiatement au-dessous de l'arcade crurale. Ces divisions sont nécessairement un peu arbitraires, mais elles me paraissent devoir être conservées à cause de leur netteté.

La portion postérieure comprend la fosse iliaque interne et la région lombaire. La fosse iliaque interne pourrait à la rigueur être décrite avec la cavité abdominale, mais ses connexions anatomiques avec la paroi sont telles qu'il m'a semblé préférable de rapprocher l'étude de ces deux parties.

Les limites de la région antérolatérale de la paroi abdominale sont en haut, le rebord inférieur du thorax en bas, le pubis et l'arcade crurale. En arrière, la plupart des auteurs assignent comme limite le bord externe de la masse sacro-lombaire, mais il est préférable, et l'on verra pourquoi en étudiant la région lombaire, de prendre à cet effet le bord postérieur du muscle grand oblique de l'abdomen.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion