Examen du pancréas

Sommaire[Masquer]

Le pancréas est peu accessible à l'examen physique. L'examen de cet organe par la palpation profonde se fait entre l'ombilic et l’appendice xiphoïde.

 

En dilatant artificiellement l'estomac, on refoule en arrière les tumeurs du pancréas; ce signe a peu de , valeur, attendu que les tumeurs de la paroi postérieure de l'estomac subissent le même mouvement d'éloignement.

1. Examen fonctionnel

1.- Le suc pancréatique digère les matières albuminoïdes en milieu alcalin.

Procédé de Schmidt

Le malade absorbe des petits cubes de viande enveloppés dans de la gaze. Si le pancréas est sain, la viande est digérée.

Chez les sujets atteints d'une lésion pas trop, avancée du pancréas la dissociation de la graisse en acides gras et en glycérine est très active.

Procédé de Cammidge

L'urine des pancréatiques contient une quantité anormale de glycérine puisée par le rein dans le sang circulant.

Cette glycérine est transformée en glycérose par un acide minéral (azotique, sulfurique...). La présence de cette glycérose est ensuite décelée par l'apparition des cristaux microscopiques que donne ce corps avec la phénylhydrazine.

Remarque

Cette recherche n'implique pas que les pancréatiques sont perméables, que le suc pancréatique est versé dans l’intestin. Les expériences de Lombroso ont en effet prouvé que le pancréas détermine dans l'organisme un état particulier, par suite duquel les corps gras sont abondamment absorbés, alors même que les canaux excréteurs ont été liés.

Cette perméabilité peut être appréciée par le procédé suivant :

Épreuve de Sahli

On fait absorber au malade 1 gramme de salol, qui se dédouble dans l’intestin, sous l’influence du suc pancréatique en acide salicylique et acide phénique. On recherche l’acide salicylique dans les urines.

 

L'imperméabilité rénale est une cause d'erreur qu'on doit éliminer préalablement par l'épreuve du bleu de méthylène.

La sécrétion intermittente du suc pancréatique peut fausser l'épreuve de Sahli. On devra donc répéter plusieurs fois l'expérience.

3.- Les lésions chroniques du pancréas s'accompagnent fréquemment de diabète. Ces lésions chroniques du pancréas coexistent souvent avec des affections hépatiques.

Donc la présence de glycose dans les urines est un signe de présomption en faveur d'une pancréatite primitive ou secondaire.

4.- Les lésions très avancées du pancréas, en supprimant presque complètement la dissociation et l'absorption des graisses, s'accompagnent d'un amaigrissement très rapide du malade.

5.- Le canal cholédoque peut être comprimé par une tumeur de la tête du pancréas, il en résulte un ictère chronique plus ou moins fort. Dans certains cas, où le canal côtoie seulement le pancréas (situation anatomique variable) l’ictère fait défaut.

6 La coloration bronzée de la peau, l’absence d'indication dans les urines (Eichhorst) doivent être prises en considération. 

d'après Sémiologie Médicale par M. Palasne de Champeaux