Examen de la rate

Sommaire[Masquer]

La face externe, convexe de la rate répond aux neuvième, dixième et onzième côtes. Le bord antérieur, mince et tranchant, ne dépasse pas une ligne menée de l'articulation sterno-claviculaire à l'extrémité antérieure de la onzième côte (ligne sterno-costale).

La rate normale est donc située en arrière du rebord des fausses côtes, et n'est pas accessible à la palpation.

Palpation de la rate déplacée ou hypertrophiée

Le patient sera placé en position diagonale droite, indiquée par Schuster, c'est-à-dire dans une position intermédiaire entre le décubitus dorsal et le décubitus latéral droit. Le bras gauche sera relevé et placé derrière la tête.

Le médecin se placera à gauche du patient. Il palpera la rate de bas en haut et d'avant en arrière, avec les deux mains ou avec une seule main agissant par son bord cubital et faisant cuillère.

1. Effleurement

Lorsque la rate est très hypertrophiée, sa friabilité est souvent très grande. Toute palpation énergique devient dangereuse. II faut palper l'organe par effleurement. La paume de la main ne bouge pas, les doigts par des mouvements de flexion répétés font une palpation très légère.

La méthode du piano (Bertrand) indiquée pour le foie est applicable à la rate.

La palpation donne des notions sur la forme, la consistance, la mobilité, la sensibilité, les déformations de la rate. On peut sentir des encoches, qui existent à l'état normal, sur le bord antéro-supérieur de la rate hypertrophiée.

2. Percussion

Le patient est placé dans la position de Schuster, indiquée plus haut ; le médecin se place à droite. Il percute d'abord entre la ligne axillaire moyenne et la ligne scapulaire, de haut en bas et parallèlement aux côtes, jusqu'à ce qu'il trouve la matité splénique qui fait suite à la sonorité pulmonaire.

La percussion doit être très légère. A ce moment le doigt percuté décrit un arc de cercle de 90°, et la percussion se fait d'arrière en avant jusqu'à la rencontre de la  sonorité tympanique (estomac, abdomen).

Cette percussion est souvent difficile et même impossible dans certain cas, par exemple lorsqu'il existe un météorisme prononcé, lorsque les organes voisins lésés ont perdu leur sonorité spéciale. Dans ces cas, le stéthoscope peut rendre de très utiles services.

L’examen de la rate doit avoir surtout pour but de constater les déplacements de l’organe (rate mobile, déplacements par une poussée de voisinage en cas de pleurésie, pneumothorax, météorisme, ascite, tumeurs abdominales...), et les hypertrophies (beaucoup de maladies infectieuses, malaria, maladies concomitantes du foie, leucémie tumeurs de l’organe...).

 d'après Sémiologie Médicale par M. Palasne de Champeaux