Description anatomique de l'artère vertébrale

L'artère vertébrale (Latin : Arteria vertebralis ;  ; Allemand : Wirbelpulsader.) est la première des branches de la sous-clavière. Elle nait, comme nous l'avons dit, à la partie supérieure de la première portion de vaisseau et monte par le canal des apophyses transverses vers la protubérance, le bulbe et la partie postérieure du cerveau et du cervelet.

Dès son origine, elle se porte en haut et en arrière, passe en avant de l'apophyse transverse de la septième vertèbre cervicale, et s'engage dans le canal osseux de l'apophyse transverse de la sixième. Elle monte alors, verticale, et traverse successivement les trous ou canaux des apophyses transverses des cinquième, quatrième, troisième et deuxième cervicales. Arrivée au-dessous de l'axis, elle se porte trus obliquement en haut et en dehors, pour gagner le trou de l'apophyse transverse de l'atlas, situé plus en dehors que les trous sous-jacents elle traverse ce conduit osseux, puis décrit une courbe a concavité antérieure qui embrasse la face externe et la face postérieure des masses latérales de l'atlas, sur lesquelles elle creuse une gouttière profonde perfore les ligaments atloïdo-occipitaux postérieurs et la dure-mère, entre l'arc postérieur de l'atlas et l'occipital, et pénètre ainsi dans la cavité crânienne. Alors, se portant en haut et en avant, elle contourne la face latérale du bulbe et vient se réunir à la vertébrale du côté opposé, au niveau du sillon qui sépare la protubérance du bulbe, pour former le tronc basillaire.

1. Rapports de l'artère vertébrale

De son origine au trou de la sixième vertèbre cervicale, la vertébrale occupe la partie la plus profonde de la région sus-claviculaire à ce niveau, elle répond en avant, à la veine vertébrale, qui passe devant l'artère pour se jeter dans la veine sous-clavière, à la partie antérieure de l'anse de Vieussens et à l'artère thyroïdienne inférieure, qui la croise perpendiculairement et en arrière elle répond à la terminaison de la veine jugulaire postérieure, au ganglion de Neubauer et à la branche antérieure de la première paire dorsale et de la septième cervicale; en dehors elle est en rapport avec le muscle transverso-pleural (Sébileau); en dedans elle répond à la jugulaire interne, à la carotide primitive et au tronc du pneumogastrique, situés sur un plan antérieur et, profondément, au muscle long du cou.

Dans son trajet par le canal mi-osseux, mi-musculaire, que forment les trous des apophyses transverses réunies par les muscles intertransversaires, antérieurs et postérieurs, la vertébrale est entourée d'un plexus veineux (plexus vertébral) et accompagnée d'un tronc nerveux (nerf vertébral de François Franck); elle croise les nerfs cervicaux en passant au-devant d'eux.

Entre l'atlas et l'axis, elle entre en rapport, en arrière, avec le muscle grand oblique. Entre l'atlas et l'occipital, elle répond en arrière au petit oblique, en avant à la gouttière osseuse de la face postérieure des masses latérales.

Après avoir perforé la dure-mère rachidienne et l'arachnoïde, elle pénètre dans la cavité crânienne et chemine d'abord entre la face interne des masses latérales de l'occipital et la face latérale du bulbe, puis entre la face antérieure du bulbe et la gouttière basilaire.

Au niveau du bord inférieur de la protubérance, elle s'unit à celle du côté opposé pour donner naissance au tronc basilaire. Celui-ci, impair et médian, chemine entre la face antérieure de la protubérance et la gouttière basilaire; arrivé au niveau du bord supérieur de la protubérance, il se divise en deux branches terminales, les deux artères cérébrales postérieures.


 

2. Branches collatérales de l'artère vertébrale 

La vertébrale fournit de nombreuses collatérales. On peut les diviser en trois groupes branches naissant de sa portion cervicale; branches naissant de sa portion intracrânienne; branches naissant du tronc basilaire.


 

2.1. Branches collatérales de l'artère vertébrale naissant dans la portion cervicale

Au niveau du cou la vertébrale ne fournit que quelques rameaux insignifiants. En passant entre les apophyses transverses, elle émet quatre ou cinq rameaux peu volumineux ce sont les rameaux insignifiants, qui pénètrent avec les nerfs rachidiens dans la cavité vertébrale où ils se comportent comme les rameaux spinaux des artère-intercostales. La vertébrale cervicale fournit encore quelques rameaux musculaires, de nombre' et de volume très variables, qui se distribuent aux muscles pré-vertébraux, aux muscles spinaux et aux muscles inter-transversaires. Enfin, elle fournit quelques branches grêles aux articulations des apophyses articulaires et aux articulations unci-vertébrales.

2.2. Branches collatérales de l'artère vertébrale naissant de la portion intracrânienne

Dans le crane la vertébrale fournit quatre branches.
2.2.1. Artère méningée postérieure (occipito-méningienne de Chaussier)

Cette branche se détache de la vertébrale, aussitôt après que celle-ci a traverse la dure-mère rachidienne; elle se dirige en haut et en dehors, cheminant dans la fosse cérébelleuse; au niveau de la tente du cervelet, elle se recourbe et se ramifie sur la face inférieure de l'organe.


 

2.2.2. Artère spinale postérieure

On appelle ainsi, bien à tort, une branche très grêle qui naît de la vertébrale peu après que cette artère a traverse la dure-mère, contourne les faces latérales du bulbe, passe entre les fibres radiculaires du spinal et arrive sur la face postérieure de la moelle, où elle se divise en deux rameaux l'un ascendant ou ventriculaire gagne la partie latérale du quatrième ventricule; l'autre, descendant ou spinal, représente la continuation de l'artère.

Ce rameau spinal chemine, très flexueux, sur les côtés de la face postérieure de la moelle, où il se subdivise en deux artérioles, qui descendent l'une en avant, l'autre en arrière des racines postérieures des nerfs spinaux. Cette artère spinale postérieure, émanée de la vertébrale, s'épuise bientôt; mais elle est continuée par des rameaux venus des brandies spinales cervicales, dorsales et lombaires qui, s'anastomosant entre eux par leurs branches médullaires, les unes ascendantes, les autres descendantes, constituent l'artère spinale postérieure vraie.


2.2.3. Artère spinale antérieure
Plus volumineuse que la précédente, se détache de la vertébrale au-dessus de la postérieure, tout près du tronc basilaire dont elle peut aussi provenir; elle se porte aussitôt en bas et un peu en dedans, au-devant du bulbe, et s'anastomose avec l'artère spinale antérieure du côté opposé, pour constituer un tronc médian antérieur; ce tronc renforcé par les artères radiculaires antérieures cervicales, dorsales et lombaires, constitue l'artère spinale antérieure proprement dite, qui descend jusqu'à la partie terminale de la moelle, en suivant à peu près le sillon médian antérieur de celle-ci.
 
2.2.4. Artère cérébelleuse (cérébelleuse inférieure et postérieure vertébro-cérébelleuse)
L'artère cérébelleuse nait du côté externe de la vertébrale, en regard de la précédente. Son calibre, parfois inégal d'un côté à l'autre, est toujours assez considérable (grande cérébelleuse inférieure, Chaussier); elle contourne les faces latérales du bulbe, passant entre les filets radiculaires du grand hypoglosse, contourne ou traverse les racines du pneumogastrique et du glosso-pharyngien, croise le corps restiforme et gagne ainsi les côtés du quatrième ventricule là, elle s'enfonce vers la scissure inter-hémisphérique du cervelet et s'épuise sur le lobe médian, envoyant une ou deux branches en dehors sur la face inférieure des lobes latéraux.

2.3. Branches collatérales du tronc basilaire

Le tronc basilaire fournit :

Les branches protubérantielles qui, très nombreuses et très grêles, s'enfoncent dans la protubérance annulaire à laquelle elles se distribuent.

L'artère auditive interne, qui accompagne le nerf auditif dans le conduit auditif interne et se distribue à l'oreille interne.

L'artère cérébelleuse moyenne (artère cérébelleuse Inférieure et antérieure) petite, qui se dirige en dehors, vers le lobule du pneumogastrique et se distribue à la face antérieure du cervelet.

L'artère cérébelleuse supérieure, qui nait du tronc basilaire, tout près de sa bifurcation, et se distribue à la face supérieure du cervelet. Elle suit dans son parcours le tronc du moteur oculaire commun dans le sillon sus-protubérantiel et se distribue à la face supérieure du cervelet.


 

2.4. Branches terminales du tronc basilaire

Au niveau du bord supérieur de la protubérance et un peu au-dessous du bord supérieur du plan basilaire, le tronc basilaire se divise en deux branches terminales les artères cérébrales postérieures, l'une droite, l'autre gauche. Chacune d'elles contourne le pédoncule cérébral jusqu'aux tubercules quadrijumeaux, et se porte en arrière et en dehors sur le lobe occipital, ou elle se divise en ses branches terminales.

L'artère cérébrale postérieure reçoit, à 5 ou 12 mm de son origine basilaire, la communicante postérieure, qui anastomose le système de la vertébrale avec celui de la carotide Interne. Elle donne des collatérales à la protubérance, au ventricule moyen, etc.; ses branches terminales, d'ordinaire au nombre de trois, se rendent à la face inférieure du lobe temporal et au lobe occipital.


 

2.5. Variétés de l'artère vertébrale

L'artère vertébrale peut naitre de la sous-clavière par un tronc commun avec l'une quelconque des brandies de celle-ci; mais cette origine est d'autant plus rare que l'on considère une branche plus éloignée; on observe assez souvent une vertébrale naissant avec la thyroïdienne ou la cervicale ascendante, exceptionnellement avec la scapulaire postérieure. La vertébrale peut naître d'un tronc autre que la sous-clavière, du tronc brachio-céphalique, soit près de sa bifurcation, soit des son origine ; de la crosse de t'aorte, à une hauteur variable; de la sous-clavière gauche dans ce cas, elle passe en arrière de l'œsophage ; de la carotide primitive ou même de la carotide externe, par un tronc commun avec l'occipitale, naître par deux rameaux bientôt fusionnés en un seul tronc.

La longueur, la complexité du trajet de la vertébrale permettent de comprendre les variétés qu'elle peut présenter. Elle passe quelquefois par le trou de la septième apophyse transverse. Elle peut ne pénétrer que dans le cinquième, le quatrième ou même le deuxième trou transversaire. On l'a vue sortir du canal pour y rentrer ensuite.

On a vu le tronc basilaire manquer. Ce tronc était remplacé par une artère naissant de la carotide interne, un peu avant que celle-ci pénètre dans le canal carotidien. Cette branche anormale entrait dans le crâne par le trou condylien antérieur gauche gagnait le plan basilaire et se comportait comme l'aurait fait un tronc basilaire normal. Les deux vertébrales étaient atrophiées.


 

2.5.1. Branches surnuméraires de l'artère vertébrale
La vertébrale peut fournir l'artère thyroïdienne inférieure, l'intercostale supérieure, la cervicale profonde, l'artère occipitale ; par contre, elle peut perdre quelques-unes de ses branches normales
 

D'après P. Poirier Trait d'anatomie humaine

­­